À propos de l’incarnation…

J’en parle souvent en personne, avec les gens, tout le temps.

Car c’est la nécessité première de notre civilisation, et ce, plus que jamais.

« Ok, c’est quoi d’abord, l’incarnation? »

Bonne question. Je redéfinis ce concept tous les matins.

Pourquoi?

Parce que je m’incarne tous les matins – et j’en suis reconnaissant – en me réveillant. Malgré toute la négligence que j’ai portée envers mon corps et mon esprit ces 32 dernières années (on peut dire plutôt 15, parce que nous sommes plus vulnérables et ignorants à l’enfance et à l’adolescence), je me lève le matin avec le soleil. C’est presque un miracle.

Le matin, je me lève, je pénètre dans mon corps, malgré ma tête hyperactive qui pense à quinze mille affaires à faire en même temps. Des affaires vraiment full trop importantes.

Mais, l’idée première est de s’incarner, donc de rentrer en contact avec son corps et le présent. Notre enveloppe charnelle constitue le temple physique de notre esprit divin. Ou encore, la demeure ou vis et meure continuellement les énergies spirituelles.

Avant d’aller travailler dehors (que ce soit à l’extérieur ou au bureau ou devant l’ordinateur), les gens en général vont aller aux toilettes, déjeuner, se brosser les dents, regarder les nouvelles (je le déconseille vivement le matin, ça gâche souvent une partie de la journée), s’habiller, etc. On s’incarne sans en être explicitement conscient, mais on le fait tous d’une façon ou d’une autre.

On prend l’espace et le temps nécessaire de se réveiller et de permettre à notre esprit de réintégrer sa demeure corporelle. Car l’esprit divague, se promène dans le pays de Morphée, effectue un nettoyage cérébral et recharge les batteries charnelles et psychologiques durant la nuit.

Je me lève et j’intègre mon corps selon les besoins du moment.

Les besoins du moment?

Chaque journée présente une énergie différente. Des fois, il fait beau; des fois, il pleut; des fois, l’air chargé d’humidité et d’une basse pression nous écrase, etc.

Nous avons la sensibilité de capter cette énergie, que ça nous tente ou non.

J’ai ainsi besoin, selon l’énergie du jour, de faire du yoga, de chanter, de courir ou d’effectuer une méditation pleine conscience. Je reste sensible à mes besoins selon ce que la journée a à m’offrir.

En astrologie, on parle d’orientations des planètes et tout. Sans rentrer dans les énergies du jour des signes astrologiques présentées dans les journaux sous forme d’horoscope (un autre débat pour d’autres personnes), on peut comprendre que la température, l’environnement et l’air se modulent de jour en jour.

Ainsi, je m’incarne en fonction de cette sensibilité et de cette variation environnementale quotidienne.

Notre occupation du temps va aussi influencer mes besoins d’incarnation.

Si j’ai travaillé très fort physiquement la veille, par exemple, jardiner toute la journée ou rénover ma maison, mon besoin en étirements et en yoga sera plus grand. Si, au contraire, j’ai réfléchi, créé et travaillé devant l’ordinateur, donc dans le monde des idées, mon besoin en méditation sera plus grand afin d’organiser ma pensée. Jusqu’à récemment, je pratiquais la même routine tous les matins.

Et, parfois, eh bien, je trouvais ça chiant, littéralement.

Mais je pensais que je devais le faire pour mon bien.

Or, j’étais un peu désincarné, car je m’incarnais par la pensée, alors que l’incarnation part du bas : elle trouve sa source dans le temple corporel, et non dans le monde des idées. Dans le ressenti.

Je vivais une contradiction interne, une forme de double ignorance (un autre concept à élaborer).

Ainsi, par ma sensibilité (l’environnement, l’énergie du jour, etc.) et par mon intelligence (l’occupation de mon temps, l’impératif de l’incarnation, etc.), je m’incarne et j’intègre mon temple corporel selon mes besoins quotidiens et du moment présent.

Ce terme de plus en plus délavé (les marketeurs font de mauvaises publicités avec ce terme) signifie tout simplement de rentrer en contact avec soi-même, avec son corps, sa tête et son esprit.

Je ne peux donc pas prévoir que j’aurai besoin de yoga demain matin, mais je sais que je dois prendre un moment d’incarnation tous les matins. Et ce moment varie en fonction de ma réception sensible et de mon occupation du temps.

L’intelligence du second degré.

Pour conclure, utilisons l’intelligence pour s’incarner. Ramenons nos pensées à notre corps, permettons l’esprit d’intégrer son temple corporel.

Je me fais du bien, donc, par conséquent, je ferai du bien à mon entourage.

L’égoïsme bien canalisé.

Même si les gentils médias et leurs tentacules essaient de nous le reprocher, nous sommes tous égoïstes à un certain niveau.

Aussi bien l’assumer que de le nier et de se mentir en affirmant que je fais des actions pour les autres. Si je fais le bien pour les autres, c’est pour me sentir mieux.

Aussi bien me faire du bien pour commencer, et les valeurs charitables suivront le pas de l’incarnation.

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on tumblr
Share on linkedin

Infolettre

Juste du contenu. 
1 courriel par mois max.
Données protégées.

Visiter ma boutique en ligne

Vêtements et affiches créés à partir de mes dessins.
Assemblés par une entreprise montréalaise.
imprimé @ mtl

© Copyright 2021, Charles Ostiguy. Tous droits réservés.


Voici ton code de réduction de 20 %

Inscris ce code promo lorsque tu finaliseras ton achat sur Etsy :


REDUCETSY20

Abonne-toi à l’infolettre = reçois trois fonds d’écran GRATUIT.

  • Juste du contenu (pas de spam)
  • 1 courriel par mois max
  • Données protégées

Abonne-toi à l’infolettre = trois fonds d’écran GRATUIT.

Ce site web utilise des cookies et des technologies de suivi similaires.​

Merci de t'être inscrit à l'infolettre

Comme promis, tu peux télécharger les fonds d’écran en cliquant sur l’image de ton choix (pas de limite, tu peux prendre les trois si tu veux).